Archives de l’étiquette : solaire

Une maison économe

Isolation, Chauffage, Electricité,  Eau, Air, Ouvertures

Les matériaux isolants

Pour des raisons d’efficacité et de confort, la maison doit être isolée par l’extérieur. Les briques mono-murs, le bois, les bétons cellulaires, offrent des solutions satisfaisantes. Le choix d’un matériau sera autant une question de prix, d’efficacité énergétique, de possibilité architecturale que de ressenti personnel. Demandez-vous si vous préféreriez vivre dans une cabane au fond des bois ou une maison troglodyte par exemple et vous saurez alors si vous vous sentirez mieux dans une maison en bois ou en brique. Cet aspect psychologique est un élément important à prendre en compte : vous allez construire une maison dans laquelle vous passerez de longues années, avant toute chose, vous devez vous y sentir bien.

La toiture : vous pouvez réfléchir à opter pour un toit végétalisé capable de procurer de très bonnes performances vis-à-vis de la chaleur et du froid avec une esthétique écologique. La contrainte est la pente maximale (30° maximum environ). Les coûts d’entretien et de construction sont faibles. Ils nécessitent un nettoyage annuel des écoulements, pas d’arrosage.

Chauffage

Le fioul comme tous les hydrocarbures voit son prix devenir prohibitif pour chauffer les maisons traditionnelles. Aujourd’hui il est possible de changer de chaudière et de combustible en réduisant sa facture énergétique. Les granulés de bois par exemple fabriqués à partir de résidus de sciure et de copeaux de bois sont plus avantageux et contribuent au respect de l’environnement, car ils proviennent d’une source renouvelable dans une certaine mesure.

Hors chauffage, une famille de 4 à 5 personnes en habitation individuelle classique consommera de 4000 à 5000 KWh (soit 400 à 500 euros par an). Le réfrigérateur / congélateur, le lave-linge, le sèche-linge et le lave-vaisselle représentent 60% de cette consommation ; l’éclairage et l’audio-visuel 20 %.

Electricité 

Quelle est la bonne stratégie pour réduire sa consommation ?

Choisir un réfrigérateur / congélateur A+++. En effet entre un réfrigérateur de classe C et un de classe A la consommation moyenne annuelle peut être réduite de moitié. Aujourd’hui il existe des réfrigérateurs de classe A+++). De manière générale, veillez à inclure le critère de consommation énergétique lors de vos achats.
Pour les bains, la douche, le lave-linge et le lave-vaisselle, utiliser l’eau chaude solaire permettra d’économiser beaucoup d’énergie (le chauffage de l’eau est très énergivore).
Pour la cuisine, les plaques à induction sont les plus économiques. Couplez-les avec des feux au gaz.
A éclairage égal (ampoule classique de 100 W) la facture d’éclairage peut être fortement réduite en utilisant systématiquement des ampoules LED (9W) au lieu de l’allogène (65W) ou du fluocompact (18W). C’est un excellent investissement, car leur durée de vie est généralement d’une vingtaine d’années.
N’oubliez pas non plus les gestes qui évitent les gaspillages : pas d’appareil inutilement en veille, pas de chargeur branché en permanence, pas de lumière qui éclaire une pièce vide.

Eau

 

Installer un récupérateur d’eau ici, permet une économie d’environ 40% (WC, linge, voiture, jardin). Utiliser l’eau de pluie pour les appareils ménagers permet également de supprimer tous les problèmes liés au calcaire. On se limitera dans le cas général à ces utilisations pour ne pas alourdir la facture du collecteur d’eau.

En effet, l’eau de pluie doit être filtrée avant de l’utiliser. Pour les bains et douches, il faudrait en plus la traiter (chimiquement, par osmose inverse et/ou par UV).

L’efficacité du système dépend de la surface de collecte des eaux (toiture) et de sa nature (tuile, tôle, végétalisé, …).

La consommation moyenne d’eau varie en fonction des régions, elle est de l’ordre de 150 / 250 l par jour :

-39 % pour les bains et les douches
-20 % pour les WC
-12 % pour le linge
-10 % pour la vaisselle
– 6 % pour la préparation de la nourriture
– 6 % pour les usages domestiques divers
– 6 % pour laver sa voiture et arroser le jardin
– 1 % pour l’eau potable

Ventilation/Aération

Pour une maison BBC, la conception de l’aération est très importante, car il faut qu’elle soit le plus étanche possible à l’air. Or il faut l’air, à la fois pour oxygéner les occupants et réguler l’humidité (les activités domestiques génèrent de la vapeur d’eau et chaque individu va produire de 1 à 1,5l d’eau / jour). Il faut donc ventiler l’habitation.

ENERGIE-ventilation-maison-de-reve-construction-decoration-brest-finistere
La ventilation simple flux consiste à aspirer de l’air au niveau des fenêtres. L’aspiration est continue ou déclenchée en fonction de l’humidité interne de la maison. Cette méthode aspire de l’air extérieur (froid en hiver / chaud en été).

Les ventilations doubles flux améliorent le système, isolent les gaines de ventilation et condensent une partie de l’humidité de l’air et surtout récupèrent la chaleur de l’air expulsé pour chauffer l’air injecté dans la maison. Ces systèmes permettent aussi de filtrer les polluants de l’air extérieur (poussières, pollens, …).
Dans certaines régions ont peut améliorer l’efficacité énergétique en faisant passer l’air entrant dans un échangeur thermique air-sol, appelé puits canadien (lorsque l’on cherche à réchauffer l’air) ou provençal (lorsqu’on cherche à le refroidir). L’idée est de faire entrer l’air dans un tube (de l’ordre de 20 m de longueur pour 20 cm de diamètre pour une maison moyenne) enterré à environ 1,5 m de profondeur, ce tube devant avoir des qualités permettant de garantir de bons échanges thermiques, d’éviter la prolifération de champignons et bactéries, de gérer les problèmes de condensation.
Veillez aussi à éviter les effets de convection (« courants d’air ») qui génèrent des sensations de froid.
Dans certaines habitations mal conçues, le simple fait de lancer le chauffage crée ces courants d’air et génère une sensation de froid ! Les habitants se ruinent en chauffage et ressentent de l’inconfort. Dans une maison bien conçue, on ressent au contraire une impression de douce chaleur uniforme, on s’y sent bien !

Ouvertures

Les investissements pour construire une maison économe seront rentabilisés si vos ouvertures sont bien pensées.

Prévoyez d’abord une zone tampon pour votre porte d’entrée : une belle bise d’hiver peut refroidir votre maison pendant le court laps de temps où la porte sera ouverte pour faire rentrer la famille ou transporter les courses de la semaine ! Une petite véranda d’entrée évitera ce problème.

Évitez également les problèmes de fermeture des volets.
Si vous devez chaque soir ouvrir ne serait-ce que 30’ chaque fenêtre pour les fermer, vous verrez s’envoler une bonne partie de vos efforts d’isolation. Les volets roulants sont une bonne solution lorsque le caisson est à l’intérieur. De plus, cela vous facilitera la vie, surtout si vous installez une fermeture électrique centralisée (dans le mur, ils causeraient un magnifique pont thermique).

Enfin, réfléchissez bien à vos fenêtres qui représentent à la fois une source de dépense et de gain d’énergie. Par exemple, un vitrage trop isolé (triple vitrage) sera inutilement coûteux dans une région où les hivers sont ensoleillés et peu rigoureux, un vitrage mal isolé (mauvais double vitrage à bas coût par exemple) sera peu cher en investissement, mais laissera s’échapper de la chaleur ce qui nécessitera plus de chauffage. Les couloirs ou pièces borgnes peuvent être éclairés par des puits de lumière. Et n’oubliez pas que la lumière aidera à maintenir la bonne humeur de la famille !

Pour gérer les écarts d’ensoleillement été / hiver, il est utile de prévoir des ombrages saisonniers, en installant en façade des plantes qui n’auront pas de feuille en hiver (une glycine par exemple), en plantant dans le jardin des arbres assez hauts pour faire de l’ombre aux façades (attention à ne pas faire de l’ombre aux capteurs solaires!), en prévoyant des stores extérieurs, ou en installant des brise-soleils dont l’ombre portée évitera un ensoleillement trop fort en été et sera absente en hiver.

 

Brest, la maison de vos rêves. Le Guide Papillon donne des idées pour construire, rénover, décorer et aménager votre maison à Brest (Finistère).

______________________________________________________________________________________

Quelques références internet :
www.eaufrance.fr/

www.h2oeco.fr/calculateur 

www2.ademe.fr


Lien Permanent pour cet article : http://www.guide-maison-brest-appartement-iroise.com/une-maison-econome/

Approche éco-habitat

Brest, la maison de vos rêves. Le Guide Papillon donne des idées pour construire, rénover, décorer et aménager votre maison à Brest (Finistère).

logo_transaprence APPROCHE

Association Pour la Promotion de la Construction et de l’Habitat Écologiques

Association bénéficiant de l’aide de la Bretagne

 Elle fait partie du réseau :

approche eco-habitat

 

 

 

 

 

L’acquisition comme l’amélioration de son habitat engage un foyer sur plusieurs années, c’est même parfois le projet d’une vie. Il faut donc qu’il corresponde à nos besoins, qu’il nous ressemble, qu’on s’y sente bien. On peut attendre qu’il soit à la hauteur de l’investissement personnel et financier qu’il représente – qui est généralement loin d’être négligeable- d’autant qu’il constitue à terme une grande part du patrimoine à transmettre à ses enfants. A ce titre le projet mérite que l’on prenne le temps de la réflexion, de s’informer sur les critères d’un habitat de qualité qui, aujourd’hui, ne peut plus se borner qu’au seul bien être individualiste de ses habitants.

Pourquoi construire écologique ?

La prise de conscience des enjeux environnementaux, des changements climatiques, de la crise économique nous questionne sur les modèles de fonctionnement de notre société.
Le secteur du bâtiment, est particulièrement impactant, 25% des émissions de CO2 en France (chiffre Ademe), il contribue à l’épuisement des ressources tout en étant un gros producteur de déchets. Il est donc un levier important de remise en cause et de changements, notamment pour atteindre le facteur 4, prévu au Grenelle de l’environnement, d’ici à 2050 (division par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre). Les orientations politiques imposent de plus en plus de réglementations allant dans le sens du développement durable ; en matière d’habitat, la nouvelle réglementation thermique, RT 2012 en fait foi. La vague « verte » de l’écologie déferle sur les entreprises du secteur qui affichent, aujourd’hui, un grand nombre d’offres d’habitats écologiques et labellisées, mais ont-elles adaptées leurs pratiques ? Ont-elles réellement évoluées ou se sont-elles contentées de mettre une couche de vernis vert sur leurs offres ?
Les porteurs de projet ont un rôle citoyen à jouer en s’informant afin de cerner les implications de chaque choix pour leur projet d’habitat et endosser pleinement le rôle de maître d’ouvrage.

S’informer

Un réseau de structures institutionnelles et associatives existe en Bretagne. Elles proposent le relais nécessaire de l’information indépendante.
Approche Éco-habitat a été créée par des professionnels de l’éco-construction pour promouvoir l’éco-habitat, informer et conseiller le public afin de lui permettre d’acquérir le discernement nécessaire pour faire ses choix et mener à bien son projet. Les adhérents sont des particuliers, des professionnels et des associations qui souhaitent partager la culture et les valeurs de la construction écologique énoncées dans la charte du réseau national Écobâtir disponible sur le site internet.

approche eco habitat finistere brest bazouge

 

L’association est organisée en groupes locaux qui se réunissent une fois par mois et organisent des conférences, salons, visites
de chantier et cafés-débat toute l’année en pays de Brest, Trégor (Morlaix), Kerné (Quimper), Kreiz Breiz (Carhaix), Dinan, An Orian (Lorient), Redon, Vannes.

 

Se former

La formation ne concerne pas exclusivement les professionnels. Les particuliers peuvent y accéder dans le but d’acquérir les connaissances et le langage commun permettant la coopération nécessaire entre tous les acteurs, gage de réussite d’un projet d’éco-construction. Avec l’aide de La Région Bretagne, plusieurs associations partenaires et complémentaires proposent des formations courtes ou qualifiantes pour les professionnels et les particuliers.

L’éco-construction est la réalisation de bâtiments sains, performants et respectueux de l’environnement, en développant une nouvelle approche globale plus responsable et éthique.

 

La démarche

Inscrire le projet dans une démarche globale signifie prendre en compte tous les aspects environnementaux, humains, économiques et culturels pour chaque phase de son élaboration jusqu’à sa fin de vie. Une approche trop restrictivement énergétique par exemple, tend à occulter tous les autres critères fondamentaux qui entourent l’acte de bâtir.

schéma DD approche eco habitat

Pour exemples : la pertinence de l’implantation et de la forme, le choix de matériaux locaux et peu transformés, la gestion des pollutions chimiques, électromagnétiques, olfactives, sonores… la question primordiale du radon, la prise en compte de l’intensité sociale à la mise en œuvre qui permet de prendre part au développement économique et social local en redonnant toutes ses valeurs à l’artisanat et ses savoirs faire…

 

Au-delà du projet individuel…

La maison individuelle au milieu d’un grand jardin reste la représentation idéale de l’habitat en France, pourtant elle est représentative des limites de l’urbanisme de ces dernières décennies : l’étalement urbain et le mitage des terres agricoles, les problèmes de transport et d’accessibilité au foncier. La démarche de l’éco-construction implique également la réflexion à d’autres schémas permettant de réduire notre empreinte écologique, tout en offrant plus de qualité de vie, d’activités d’échanges et de services. Les éco-quartiers, les habitats groupés, la re-qualification des centres urbains pour retrouver le goût du vivre ensemble avec pour maître mot la mixité des espaces et des populations.

 

Concertation et coopération

Le développement de l’habitat et du bâti durables sur nos territoires implique une évolution des réglementations, une meilleure connaissance des solutions techniques, mais aussi des méthodes d’animation adaptée de la concertation entre les politiques, les habitants et les professionnels.
C’est avec cette ambition, qu’en 2011, Approche Éco-habitat lance la création d’un outil citoyen de mesure et de discernement soutenue par la région Bretagne. Le référentiel «Bâtiment Durable Armoricain» est un outil d’évaluation de toute opération de rénovation, de construction, d’urbanisme … par le public concerné, maîtres d’ouvrage, professionnels, les collectivités locales. Ce projet, en cours, n’est pas un énième label, il s’élabore par concertation la plus large possible. Il se présente sous forme d’une grille selon 7 thématiques : Gouvernance, Social et économie, Territoire et site, Systèmes constructifs et matériaux, Eau et déchets, Confort et santé, Énergie. L’outil sera disponible au dernier semestre 2011 sur un site internet dédié.

 

La petite maison parasol

La petite maison parasol

Le coût

Il convient de relativiser la majoration d’une construction écologique par la notion de coût global qui comprend : le coût de l’étude, de la construction et d’utilisation du bâtiment, la durée de vie des équipements (entretien/remplacement) et sa fin de vie (déconstruction, recyclage…). Une bonne conception qui permet d’optimiser le projet amène des économies quantifiables importantes au niveau du fonctionnement futur du bâtiment, d’autres gains le sont moins, mais ne sont pas négligeables pour autant du point de vue des impacts sur la santé, la biodiversité comme de la plus-value patrimoniale d’une construction durable dans l’avenir… Et ce sur plusieurs échelles : le foyer, la société, la planète…

La rénovation

Cet enjeu majeur pour les prochaines années puisqu’il faudra rénover tout le parc immobilier français d’ici à 2050 nécessite une approche particulière. Un diagnostic approfondi pour comprendre le bâti ancien permet de faire les bons choix et d’éviter les erreurs au risque de le sinistrer en y juxtaposant des matériaux ou des techniques inappropriés.

Ossature bois/isolation paille

Les méthodes relèvent du bon sens, il existe une diversité de techniques adaptées au fonctionnement propre de chaque bâtiment. Là encore, les associations et les professionnels de l’éco-constrution sont des partenaires privilégiés.

L’habitat écologique est adapté aux modes de vie moderne puisqu’il est le plus à même de répondre aux enjeux environnementaux, sociaux, économiques et culturels actuels.

 

 

 

Texte rédigé par Approche Eco-habitat

Contact APPROCHE Éco-habitat :
10 rue de la Tannerie – 29 600 PLOURIN LES MORLAIX
06 60 69 19 50 – contact@approche-ecohabitat.info

.

..

 _____________________________________________________________________________________________

Pour plus d’information :

www.approche-ecobabitat.org

www.reseau-ecobatir.org

www.habitat-ecologique.org

www.compagnonsbatisseurs.org

www.scic-eclis.org

www.criirad.org

www.tiez-breiz.org

www.cpie.ulamir.com

www.ademe.fr

www.negawatt.org

www.hg-rennes.org

www.adequations.org

Lien Permanent pour cet article : http://www.guide-maison-brest-appartement-iroise.com/approche-eco-habitat/